Les AASM laser valident le tir sur cible mobile

6 mai 2011 par Optro & Défense | Print Les AASM laser valident le tir sur cible mobile

Optronique & Défense continue de suivre l’actualité de l’Armement Air Sol Modulaire (AASM). La récente intervention en Libye a montré les capacités de cette munition (plus de 110 exemplaires tirés), dont un tir menant à la destruction d’un blindé suite à un largage à partir d’un Rafale à plus de 55 kilomètres de sa cible (l’AASM est qualifiée jusqu’à une distance de 50 kilomètres).

S’ajoutant aux deux autres versions déjà qualifiées sous Rafale (inertiel hybridé GPS, et INS/GPS avec guidage terminal infrarouge), la version à guidage terminal laser sera produite en série pour les besoins de l’armée de l’air et la marine nationale à partir de la fin 2012, suite à une campagne de validation dont O&D tenait à rappeler les grandes étapes.

Une série de tirs de validation

Un premier tir à guidage laser avec arrivée verticale

Suite au PEA DASIGL, cette munition produite par Sagem DS avait effectué le 17 juin 2010 un premier tir en version à guidage terminal laser avec arrivée verticale, constituant ainsi une première mondiale.

Un Rafale du centre DGA Essais en vol avait alors largué un démonstrateur d’AASM laser au dessus de la mer, à une altitude de 13 000 pieds (4 000 mètres) et à une distance de 25 km de la cible. Cette cible fixe, constituée de blocs béton d’1m², était éclairée par un opérationnel au sol équipé d’un illuminateur et placé à plusieurs centaines de mètres.

Le guidage de la munition avait été volontairement initialisé en décalant les coordonnées GPS de la cible de plusieurs dizaines de mètres, afin de vérifier que l’autodirecteur laser jouait bien son rôle et rattrapait cette erreur initiale. Le démonstrateur AASM/IGL a impacté le point visé à moins d’un mètre en arrivant verticalement, ce qui permet de maximiser l’effet à l’impact et de minimiser les risques de dégâts collatéraux.

Un premier tir de nuit

En décembre 2010, un essai de nuit a été effectué à partir d’un avion de combat Rafale de série au centre DGA Essais de missiles de Biscarosse dans le cadre d’une campagne d’évaluation export.

Le tir a été effectué à plus de 50 km de l’objectif avec une arrivée verticale. De nuit, l’imageur infrarouge du AASM a identifié sa cible quelques secondes avant l’impact et ses algorithmes de traitement d’image lui ont permis de l’atteindre avec une précision métrique. O&D en avait parlé ici.

Un premier tir sur cible mobile

Réalisé le 21 avril 2011 sur le site Landes de DGA Essais de missiles, à partir d’un Rafale de série mis en œuvre par DGA Essais en vol de Cazaux, le tir a été effectué avec un très fort dépointage (90°, angle entre l’axe de l’avion et la direction de la cible) par rapport à l’avion tireur, à une portée de plus de 15 km.

L’impact au but a eu lieu en incidence rasante, sur une cible mobile constituée d’une tache laser générée par un illuminateur sol monté sur une tourelle, afin de simuler un véhicule se déplaçant à 80 km/h.

Grâce à ses algorithmes de détection et de poursuite de cible, à ses asservissements  de la trajectoire sur la tache laser détectée et à sa grande manœuvrabilité aérodynamique, l’AASM laser utilise tout le potentiel de son autodirecteur semi-actif lase pour atteindre la cible avec une précision meilleure que le mètre.

Sources :
communiqué de presse du 2 mai 2011 de Sagem DS (groupe SAFRAN)
article du 5 mai 2011 sur le site officiel de la DGA
article du 3 mai 2011 sur le site Mer et Marine
article du 4 avril 2011 sur le blog Secret Défense
article du 2 mai 2011 sur le blog Le Mamouth

, , , , , , , , ,

 

Réagissez