PDL NG succèdera bien au pod Damocles

13 janvier 2014 par Optro & Défense | Print PDL NG succèdera bien au pod Damocles

La direction générale de l’armement (DGA)  a notifié le 30 décembre 2013 les travaux de développement du pod de désignation laser de nouvelle génération (PDL NG) dont la qualification est attendue mi-2018. Développé par Thales Optronique SAS, ce nouvel équipement vise à disposer des moyens le plus adaptés pour la recherche et l’identification de cibles de petite taille et permettant des frappes air-sol de grande précision.

nacelle pod PDL NG Thales TOSA Rafale

« Thales est fier de la confiance que lui témoignent la DGA et les forces aériennes françaises dans le développement de ce nouveau système» a commenté Gil Michielin, directeur de Thales Optronique SAS. « Le PDL NG est le résultat d’une collaboration étroite et fructueuse entre les prescripteurs, les utilisateurs et Thales. Il permettra de doter les forces aériennes d’un système performant et compétitif. La notification du développement confirme le soutien étatique à la filière optronique aéroportée française et à ses capacités techniques et industrielles » a-t-il précisé. 

Ce programme, au titre de la Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019, prévoit la commande de 20 PDL NG dont 16 seront livrés en 2018-2019. Cette notification fait suite à une phase de levée de risques lancée en février 2013 qui a permis de confirmer l’architecture du système, le niveau élevé d’intégration fonctionnelle, sa fiabilité et le planning de son développement. Elle bénéficiera du savoir faire des bureaux d’étude de TOSA entretenus notamment par le PEA MATRID dont on a parlé ici.

Pod Nacelle Damocles sous Rafale B

La nacelle, capable de tenir les chocs liés à l’appontage et au catapultage, verra une amélioration des performances la voie infraouge et l’adjonction d’une voie TV par rapport au pod Damocles actuel. Le système équipera les Rafale français (Air/Marine) et les Mirage 2000D comme son prédecesseur, lui qui a connu également un portage sur Mirage F-1, Super Etendard, Sukhoï 30, Tornado et également Eurofighter Typhoon comme le rélévait Air & Cosmos en décembre 2012. 

Qualification en phase avec le standard Rafale F3-R

La logique de conduite du programme Rafale s’appuie sur des développements continus permettant d’adapter les appareils par standards successifs à l’évolution du besoin. Ce nouvel équipement s’intègre donc dans le futur standard F3-R du Rafale qui verra également l’intégration du missile longue portée Meteor et différentes évolutions nécessaires pour faire face à l’évolution de l’environnement à l’horizon 2018 (améliorations du système d’armement et de navigation, des liaisons de données L16, mode 5/S pour l’IFF, du radar RBE2 et du système de guerre électronique Spectra, améliration des capacités du pod Reco NG…).

un-pod-damocles-sous-un-rafale

« C’est un signal très clair de notre volonté d’investir sur le Rafale, et sur tout un secteur stratégique, celui de l’aéronautique de combat, pour le maintenir au meilleur niveau mondial », a indiqué le ministre de la Défense. « C’est également la garantie de disposer sur le long terme d’une ligne de produits qui répondront aux exigences de l’export. » a-t-il ajouté.

L’ensemble de ces évolutions fonctionnelles et matérielles renforce le caractère omnirôle du Rafale. Au cours du même vol, il peut assurer différents types de missions parmi toute la gamme dévolue à un avion de chasse : supériorité et défense aérienne, attaque air-sol d’objectifs terrestres ou maritimes, appui-feu rapproché de troupes au sol, reconnaissance, frappe nucléaire. C’est aussi le premier appareil conçu dès l’origine pour opérer aussi bien à partir d’une base terrestre que depuis un porte-avions puisque 39 d’entre eux sont mis en œuvre par la marine françaises et 87 autres par l’armée de l’air. 

Sources :
communiqué de presse du groupe Thales du 13 février 2013
communiqué de presse PDL du ministère de la Défense du 10 janvier 2014
communiqué de presse F3R du ministère de la Défense du 10 janvier 2014
communiqué de presse du ministère de la Défense du 13 février 2013

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

 

Réagissez