Laser antipiraterie, l’étape supplémentaire

16 avril 2011 par Optro & Défense | Print Laser antipiraterie, l’étape supplémentaire

Au début de l’année, BAE annonçait avoir développé un système laser utilisable comme un moyen de dissuasion non létal contre les attaques des pirates (O&D en parlait ici). Il s’agissait alors d’éblouir les attaquants et de les désorienter afin de les empêcher de mettre en oeuvre leurs armements, tout en garantissant la sécurité laser.

La Marine américaine va plus loin, l’Office of Naval Research ayant annoncé la semaine dernière avoir testé avec succès un laser embarqué à bord d’un bateau, capable de détruire à distance de petites embarcations, même par une mer fortement agitée.

Ce projet s’inscrit dans la tendance à l’emploi du laser sur le champ de bataille hors de ses cadres d’utilisation historiques, à savoir la télémétrie et la désignation d’objectifs. C’est la première fois que le laser, embarqué sur le pont de l’USS Paul Foster, a été testé en mer, au large de la Californie. Le faisceau infrarouge (qu’on ne voit donc pas) est dirigé directement sur un moteur d’un bateau de 200 chevaux. On voit l’engin commencer à s’enflammer progressivement, jusqu’à être hors d’usage. Le feu se propage au bateau, qui finit par couler.

Même si de nombreux détails ont été classées, on sait que le laser a envoyé un flux d’énergie de 15 kW à plus d’un mile de distance (1,8 km). Issu du programme du ministère de la Défense américain Joint High Power Solid State Laser (JHPSSL), ce démonstrateur laser maritime (Maritime Laser Demonstrator, MLD) a été développé par Northrop Grumman. La société annonce que le système final devrait atteindre 100 kW à la fin du projet de recherche, de quoi attaquer des bateaux plus gros ou de plus loin.

sources :
communiqué de presse de l’Office of Naval Research du 8 avril 2011
communiqué de presse de Northrop Grumman

, , , , , , , , , ,

 

Un commentaire

Trackbacks

Réagissez