L’arme laser US monte en puissance et s’attaque aux drones

10 mai 2012 par Optro & Défense | Print L’arme laser US monte en puissance et s’attaque aux drones

Northrop Grumman a effectué des tirs d’essais avec le prototype de sa prochaine génération de lasers solides haute énergie, Firestrike, qui répondent à des objectifs pour la réduction de la taille et le poids et de durcissement pour des applications opérationnelles.

Les tests effectués dans le laboratoire de la société à Redondo Beach en Californie ont démontré que le laser pouvait brûler les parois et les composants critiques d’un drone cible utilisé pour simuler une menace type missile de croisière anti-navires à l’encontre de navires américains.

Gamma laser Firestrike JHPSSL Northrop Grumman

Le démonstrateur laser, baptisé Gamma, utilise une architecture à barreau de cristal parallélépipédique (slab) similaire aux précédents lasers de forte puissance de l’entreprise américaine. Gamma a délivré une puissance de 13,3 kiloWatts sur un certain nombre de tirs lasers lors d’essais d’une durée totale de 90 minutes avec des performances stables et une qualité de faisceau qui ont dépassé les objectifs fixés à la conception, concluant ainsi une phase initiale d’essais au sol.

« Nous avions déjà annoncé la conception d’un produit appelé Firestrike qui reposerait sur notre expérience dans les lasers solides de haute énergie. Depuis, nous avons investi sur fonds propres pour fabriquer, intégrer et tester un prototype de démonstration de laser Firestrike que nous appelons Gamma », a déclaré le vice-président du secteur des concepts avancés pour l’espace et les  systèmes à énergie dirigée de Northrop Grumman. « Notre entreprise a plus de 50 000 systèmes lasers de moindre puissance en fonctionnement au sein de la Défense américaine. Nous avons tiré les leçons de ces systèmes pour être sûr que ce laser sera capable de survivre dans des environnements opérationnels réels et continuer à fonctionner de manière fiable ».

Gamma a en effet égalé voir dépassé les performances réalisées avec les précédents lasers à barreau parallélépipédique, mais la réelle avancée ici est dans le conditionnement et le durcissement pour l’intégration du système laser dans des plateformes militaires évoluant dans des théâtres d’opération rudes. Le démonstrateur Gamma a été construit avec pour objectif de passer sous le seuil des 230 kg dans un volume de 180 litres (60x100x30cm) soit environ le volume de 5 micro-ondes. L’objectif de Gamma était d’opérer une réduction significative du nombre de composants optiques internes, tout en testant de nouvelles techniques de montage sensées améliorer la sensibilité aux vibrations.

Gamma laser Firestrike JHPSSL Northrop Grumman

Le démonstrateur Gamma est une chaîne laser simple conçue pour être combinée avec d’autres chaînes afin de créer un système laser de grande puissance, comme cela a été démontré avec le laser de 105 kiloWatts du programme JHPSSL (Joint High Power Solid State Laser) confié également à Northrop Grumman.

Le procédé de l’industriel américain permet de combiner les faisceaux de manière cohérente, ce qui permet de conserver une bonne qualité de faisceau, d’où la capacité de concentrer d’autant plus d’énergie sur de longues portées. Le laser gamma testé aurait une qualité de faisceau de 1,4, battant par là l’objectif de conception fixé à 1,5 (une qualité de faisceau parfaite est de 1).

Le test d’endommagement a mis en œuvre une chaîne gamma unique employée à courte distance de manière à simuler les effets d’une arme laser à longue distance, constituée elle de plusieurs chaînes embarquées à bord d’un navire de la Marine pourrait atteindre à une distance de plusieurs kilomètres. « Nous avons validé le fait que le laser puisse produire la quantité d’énergie que nous avions prédit, et que cette énergie aurait l’effet attendu sur la cible tel que nous l’avions estimé», a déclaré le représentant de la firme américaine.

Gamma laser Firestrike JHPSSL Northrop Grumman

Les composants utilisés dans le test incluent le surplus d’un revêtement de drone BQM-74 Chukar et d’autres éléments configurés pour représenter des composants critiques internes. Le BQM-74 était autrefois produit par Northrop Grumman pour les marines afin de représenter une menace de missiles de croisière  et tester ainsi les systèmes de défense.

Annoncé en 2008, le système laser Firestrike constitue sur le court terme l’épine dorsale des systèmes d’armes lasers pour la société Northrop Grumman. Combiné avec des capteurs électro-optiques et/ou infrarouges de pointe, ce système optronique modulaire et ses sous-systèmes cherche à fournir via le même système d’armes des moyens militaires de défense active, de frappe offensive de précision et des capacités améliorées de surveillance de l’environnement opérationnel.

Sources :
communiqué de presse officiel du 1er mai 2012 de Northrop Grumman
article du 2 mai 2012 sur ASD News
article du 2 mai 2012 sur Defence Talk
article du 2 mai 2012 sur Defense Update

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

 

Un commentaire

  1. Très interessant article sur la montée en puissance des lasers solides comme arme tactique de champ aux USA. Cet article est a rapprocher des articles très récents parus sur le développement d’armes laser de protection des navires contre les « fast boats », les missiles de croisiere et autres agressions, par l’US Navy. La France, et plus généralement l’Europe devrait s’interessser à la classe des armes laser de la classe 100 KW pour la protections des forces.

    Bernard FONTAINE, auteur de l’ouvrage « Les armes à énergie dirigée, mythe ou réalité?, paru é chez l’Harmattan,en septembre 2011.

Trackbacks

Réagissez