Le POD RECO-NG dans le ciel Afghan

2 décembre 2010 par Optro & Défense | Print Le POD RECO-NG dans le ciel Afghan

Jean-Marc Tanguy, sur son blog « Le mamouth » toujours bien informé, nous annonce aujourd’hui qu’une patrouille de Rafale de la flottille 12F a effectué ce matin la première mission de reconnaissance sur l’Afghanistan, depuis le début du déploiement de la campagne Agapanthe, vraisemblablement avec le pod Reco-NG, dont ce serait le premier vol officiel dans un théâtre en guerre.

Le pod Reco-NG embarqué sous rafale

La marine a emporté une nacelle Reco-NG sur le porte avion Charles de Gaulle, tandis que l’armée de l’air en a récemment déployé deux à l’occasion de l’Implantation Militaire Française aux Emirats Arabes Unis (IMFEAU). L’armée de l’air effectue des missions de reconnaissance en Afghanistan depuis 2004, avec le pod semi-numérique Presto, opéré par les Mirage F1CR de Reims.

La marine avait déjà, par le passé, assuré des missions de reconnaissance avec le châssis intégré sur Super Étendard Modernisé (SEM). L’occasion pour Optronique et Défense de faire une courte présentation de ces pods de reconnaissance :

Les pods de reconnaissance

Presto

Entré en service dans les années 2000 après un développement par Thomson-CSF-Optronique (TCO), le pod semi-numérique PRESTO (Pod de REco STand-Off) est un pod ventral qui permet la prise de vues argentiques de grandes qualités à haute altitude sans avoir à survoler la zone considérée (d’où la notion Stand-Off). Equipé d’une caméra orientable de focale 610mm, il permet des prises de vues latérales +/- 20° en azimut avec une portée de 30km à 30000’. Il opère par déclenchement automatique lié aux instructions programmées avant le décollage, ou manuellement, le pilote visualisant l’image sur son écran synthétique radar. Les images prises n’étaient cependant exploitables qu’au retour de l’avion.

CRM 280

Les missions de reconnaissance du SEM se font à l’aide d’un châssis amovible CRM 280 , qui s’installe à la place des deux canons de 30 mm et qui contient deux caméras très différentes : la première panoramique (AP40), offre des clichés de très grandes précisions en couleur ou en noir et blanc pour les vols à basse altitude. La deuxième caméra (SDS 250-M), optimisée pour la reconnaissance à moyenne ou haute altitude, est numérique et filme en continu le sol.

Châssis de  reconnaissance  intégré au SEM

Un futur standard 5 pour le Super Étendard devra permettre à l’avion de faire bonne figure jusqu’en 2015, date à laquelle il cédera complètement sa place au Rafale . Ce futur standard offrira une capacité nocturne totale au SEM et à ses pilotes, avec la mise en oeuvre d’un pod de désignation laser Damocles couplé à un FLIR pour la navigation nocturne. En attendant, les pilotes combattent la nuit à l’aide de jumelles de vision nocturne dont l’emploi est rendu possible par une adaptation de l’instrumentation de bord.

Reco-NG

Reco-NG est un pod qui vise principalement à une augmentation des capacités de recueil longue distance en réduisant de l’âge du renseignement (transmission des images au sol). Commandé en 2000 par la DGA à l’industriel Thales Optronique SA (TOSA), suite à une consultation limitée à des industriels français dans le cadre d’une procédure de marché négocié après mise en concurrence. Ce pod constitue en effet un élément clé de la fonction régalienne qu’est le renseignement.

Il propose une grande souplesse d’emploi puisqu’il fonctionne :

  • de jour et de nuit (bandes visible et infrarouge) ;
  • à haute, moyenne ou basse altitude ;
  • à courte, moyenne ou grande distance ;
  • à grande et très grande vitesse.

La nacelle RECO-NG, d’environ 5 mètres de long, 80 cm de diamètre et pesant près d’une tonne est destiné aux avions Rafale Air et Marine, en standard F3 et pourra être mis en œuvre à partir du porte-avions Charles-de-Gaulle. Il est interfacé avec le Système Local de Préparation et de Restitution de Mission (SLPRM) et avec le Système d’Aide à l’Interprétation Multi-capteurs (SAIM). Ce système de reconnaissance de nouvelle génération appartient à la composante renseignement opératif du système de force C3R (Commandement, Conduite, Communications et Renseignement).

Les recueils peuvent être transmis en temps réel ou en temps différé, ils sont déclenchés en automatique selon une mission préparée sur le SLPRM ou en opportunité. L’exploitation des images est réalisée sur des stations SAIM modifiées pour ce besoin. La nacelle qui est intégrée aux versions Air et Marine du Rafale répond aux exigences de tenue aux chocs à l’appontage et au catapultage.

Qualitifié en 2009, le système RECO-NG a été mis en service opérationnel dans l’armée de l’air en 2010 et le sera dans la marine en 2011. Ce serait ainsi aujourd’hui qu’il connait son baptême du feu, dans le ciel Afghan et au profit des forces qui y sont déployées.

sources:
– article « Baptême du feu pour Reco-NG » de Jean Marc Tanguy sur son blog Le mamouth
– présentation de l’opération Agapanthe sur le site officiel du ministère de la Défense
– présentation du SEM sur le site officiel du ministère de la Défense
– présentation de Reco-NG sur ixarm, le portail de l’armement
– article sur le mirage F1 sur le blog aviation militaire

, , , , , , , , , , , ,

 

6 commentaires

Trackbacks

Réagissez